QUESTION AU GOUVERNEMENT

Question à Christophe Castaner,
Ministre de l’Intérieur.

Sécurité lors des manifestations des #GiletsJaunes

« Monsieur le Ministre, nous devons être à la hauteur de ce qu’attendent les français. Quand je dis « nous », je nous englobe tous, ici présents, à l’Assemblée nationale, au Sénat, mais aussi dans nos territoires.

Je suis allé, comme beaucoup d’entre vous sur les ronds-points. Pas pour récupérer ce mouvement à des fins politiciennes, pas pour prodiguer de bons conseils quant à la meilleure façon de bloquer les services de l’Etat, mais pour aller à l’écoute de ces françaises et français qui sont dos au mur. Ils aspirent à manifester librement leur colère et leur souffrance, et nous devons assurer la sécurité des citoyens dans l’expression de cette colère.

Il est bon de rappeler que la France est un pays de liberté, un pays où l’expression d’un désaccord, d’une colère ou d’une joie, peut s’exprimer dans la rue, il est bon de rappeler que la France est un pays ou manifester est un droit.

Ce à quoi nous avons assisté ce samedi, ce à quoi nous assistons, depuis plusieurs semaines, ces scènes de violences dans le monde réel et dans le monde virtuel des réseaux sociaux… ne sont pas acceptables. Chacunes et chacuns doit retrouver la raison perdue dans cette hystérie collective, savamment entretenue.

Pour ce faire, encore faut-il que le mouvement des Gilets Jaunes et à travers lui, ses représentants, emprunte le chemin de la démocratie représentative.

Il est inadmissible que nombres d’entre eux ait indiqué à plusieurs reprises subir des menaces dès lors qu’ils participaient avec le Gouvernement à l’ouverture d’une négociation. C’est le respect même de notre civilité commune et de notre Etat de Droit qui sont remis en question.

Il est également inadmissible que le droit de manifester, garantie par notre droit fondamental, soit pris en otage par des individus qui ne souhaitent qu’une chose : casser, casser l’Arc de Triomphe, symbole du lien entre l’armée et la Nation, casser ce qui rappelle la grandeur de notre histoire, casser les symboles de la République, casser notre Démocratie.

Dès lors, pouvez-vous, monsieur le ministre, nous indiquer comment ces droits fondamentaux, ont été garantis ces derniers jours et comment ils le seront dans les jours à venir ?

Je vous remercie. »

Pin It on Pinterest